Mon cheval prend les récompenses avec les dents

Lors de mes entrainements au Clicker Training, Moka avait commencé à mettre les dents pour prendre les gourmandises et donc me racler les mains au passage rendant les séances désagréables.
Au clicker, cela est un problème qui peut arriver :
  • Un problème qui peut apparaitre dès le début,
  • ou, comme pour Moka, subitement .

Depuis qu’il est avec moi (août 2016), je lui ai toujours donné pas mal de récompenses mais le problème est apparu il y a seulement quelques semaines.

Comment « Moka délicat » est devenu « Moka crocodile » ?

Ce n’est pas arrivé par hasard et c’est de ma faute. J’ai induit et renforcé ce comportement sans le vouloir. Voici les raisons :

  • J’ai coupé des récompenses (carottes) trop petites (mais vraiment trop petites…une rondelle en 4) : il a eu du mal à les prendre quelques fois…
  • Un exercice de politesse mal effectué : Moka avait tendance à venir chercher le bonbon de lui même (lui qui vient à ma main et non l’inverse). En plus de l’exercice de politesse classique (détourner la tête, click/récompense), j’ai fait l’exercice du point fermé, main ouverte. Je tendais ma main sous son museau point fermé et dès qu’il ne s’y intéressai plus, je cliquais et récompensais. J’ai fait l’erreur de ne pas bien amener le bonbon à sa bouche : il ne savait plus quand il avait droit de prendre le bonbon. En plus de cela, quand il se précipitait trop à mon goût, je retirai la main. Ce qui n’a fait qu’aggraver le problème : il était frustré et confus, le rendant moins délicat au moment de prendre la récompense.

Quelques règles importantes quand on récompense son cheval

Surtout pour les petits voraces et caractères extravertis ! mais cela est valable pour tous les chevaux.
  • Tendre la main loin sur le côté pour récompenser loin de soit. Le cheval doit être en position de statut avec la tête dans l’axe.
  • Nourrir correctement : ce n’est pas le cheval qui vient chercher la nourriture mais l’entraineur qui amène la nourriture à la bouche du cheval. En d’autres mots, ce n’est pas le cheval qui baisse la tête pour prendre la gourmandise mais c’est l’entraineur qui lève la main jusqu’aux lèvres du cheval. Petit à petit, le cheval comprendra que la gourmandise arrive à lui.

Comment désamorcer la situation et faire comprendre à son cheval qu’il doit être délicat

Voici ici mon expérience et les « actions » que j’ai mis en place pour retrouver mon « Moka Délicat » :
  • J’ai rapidement désamorcé la situation. Dès que le comportement apparait, il faut inverser la tendance pour ne pas installer durablement ce comportement. Plus en attend, plus ça sera difficle.
  • J’ai coupé de gros morceaux temporairement. Je pourrai revenir à de petits morceaux progressivement toutefois suffisamment gros pour que Moka y trouve son intérêt.
  • J’ai récompensé à la verticale (comme conseillé dans le livre d’Hélène Roche, « Motiver son cheval ») ce qui incite le cheval à prendre avec les lèvres. De temps en temps, très ponctuellement, je récompense main à plat pour petit à petit pouvoir revenir à cette façon de récompenser (main à plat).
  • J’ai aussi espacé le temps (de quelques micros secondes) entre le click et la récompense : pour faire comprendre à Moka que la précipitation ne sert à rien et que c’est bien la gourmandise qui arrive à lui et non l’inverse.
  • Par moment (hors séance), je lui tendais ma main à plat sans rien dedans pour déconditionner « main à plat » —>  « dents pour racler ». 

Des effets rapidement ?

Oui. 2 séances de 10 minutes ont été suffisantes pour voir des résultats concluants.
Pour expérimenter ces nouvelles techniques, j’ai travaillé :
  • avec un haut niveau de renforcement afin  de pouvoir souvent récompenser,
  • dans un lieu familier (les écuries),  le stress et l’inquiétude pouvant augmenter les comportements indélicats.
Dès la deuxième séance, j’ai senti que Moka était en train de changer son comportement de manière profonde. Je m’explique :
  • Lors de la première séance, son « enthousiasme »  était stoppé physiquement par la position verticale de ma main. Mais dans la tête, c’était bien « Moka crocodile » qui était avec moi (je le sentais à ses attitudes, sa façon d’être, ses gestes un peu rapides).
  • Lors de deuxième séance, rien à voir. Moka était paisible et nettement moins (voir plus du tout) dans la frustration.
  • Sur les séances suivantes…transformation OK. « Moka délicat » est au rendez-vous !
J’ai ré introduit très ponctuellement la main à plat. J’alterne encore aujourd’hui quand je sens qu’il y un peu d’excitation et d’enthousiasme (bien qu’il soit important de travailler dans le calme avec un cheval). Au clicker, on ne recherche pas l’excitation, avec tous les animaux d’ailleurs mêmes les chiens. Souvent on confond vitesse et excitation (moi également…). Ca pourrait faire un autre sujet prochainement.
Je ne classe pas le problème comme résolu. Il faudra voir sur la durée et être vigilant par la suite selon les environnements et selon l’attitude de Moka à l’instant T.
Je sais que Moka peut avoir cette « sensibilité » et que le problème peut revenir. A moi d’être rigoureuse sur cet aspect de l’entrainement au clicker training !

L’exercice est à adapter monté

Il est quasi impossible de mettre la main complètement à la verticale. Toutefois, me concernant, Moka tourne la tête et fait donc la moitié du chemin. C’est ensuite à moi de faire l’autre moitié en lui amenant la gourmandise à ses lèvres.